Le Tarot de Marseille est très répandu chez les voyants. En effet, ces derniers l’utilisent pour réaliser des tirages de cartes qui peuvent amener à une analyse de votre passé, présent ou futur. Afin de comprendre pourquoi il est si prisé, nous vous proposons d’en apprendre plus sur son histoire avant d’expliquer sa forme et son utilisation de nos jours.

Découvrez l’histoire du Tarot de Marseille, un jeu pas comme les autres

Sans doute le nom de Tarot de Marseille ne vous ait pas inconnu, d’autant plus si vous n’êtes pas voyant ou que vous recherchez tout simplement à en apprendre plus. Sachez que ce jeu date d’une époque pas si lointaine, mais qu’il a subi de nombreuses transformations avant d’atterrir tel quel dans notre commerce. Avant d’entamer notre périple historique, voici un premier aperçu explicatif disponible sur cartes-voyance.fr.

De quand date le Tarot de Marseille ?

Issu des commerçants asiatiques dès le XIIe et XIVe siècle, c’est en Italie au XVe siècle que le Tarot de Marseille trouve sa place et que les cartes se voient dotées de noms équivoques. Son utilisation, auparavant ludique à la Cour royale italienne, est très vite utilisé au début du XVIe siècle pour un usage réservé à la voyance. À noter que son nom ne signifie pas que sa création a eu lieu à Marseille (même si certains l’assurent).

Quelle est la composition de ce jeu de cartes de voyance ?

Ce jeu de cartes de voyance respecte un ordre hiérarchique précis, avec des cartes à fortes symboliques. Autrefois appelées « têtes » et aujourd’hui dénommées « atouts », nous retrouvons des cartes phares telles que la Dame, le Roi, le Valet et le Cavalier. Elles sont agrémentées d’autres cartes dites lames, qui ont pour particularité de se diviser en deux : les cartes symboliques (la Roue de la Fortune, la Force, le Chariot, etc.) et les cartes personnifiées (l’Ange, l’Amoureux, le Pape, etc.). De nos jours, le Tarot de Marseille se compose de 78 cartes : 22 qui représentent l’archétype universel, 40 symboliques (des objets ou des scènes), et 16 personnages royaux. Il faut attendre le XVIIIe siècle pour que les têtes deviennent des atouts et que la forme du jeu se finalise comme nous le connaissons aujourd’hui. Ces cartes de voyance ne sont donc pas une forme inhérente de magie. Au contraire, c’est simplement un objet qui agit tel un catalyseur d’énergie du don du voyant, que ce dernier utilise pour exercer son don extrasensoriel. Sa lecture est plus facile qu’avec des pierres ou les runes vikings : c’est pourquoi il est très répandu chez les voyants et que vous en avez sans aucun doute déjà entendu parler.

Comment se réalise un tirage de nos jours ?

Pour aller plus loin, nous présentons quelques tirages standards et très répandus chez les voyants. À noter que le tirage n’impose aucune règle : le Tarot de Marseille peut être tiré de multiples façons, au voyant de trouver quel tirage lui permet de mieux exercer son don.

Quelques exemples de tirage

Parmi tous les tirages possibles du Tarot de Marseille, vous avez le choix entre deux possibilités : • Un tirage réalisé par le voyant pour lui-même, qu’il souhaite s’exercer ou utiliser son don pour lire son propre destin ; • Un tirage réalisé par le voyant pour une autre personne. Ce cas de figure est le plus fréquent et implique des combinaisons multiples de tirage. Pour un tirage solitaire du Tarot de Marseille, il existe le tirage avec 3 cartes : une fois battues, une carte est placée au centre, à gauche puis à droite. La première carte révèle l’état d’esprit du voyant, la seconde ce qu’il désire et la troisième une solution à son problème auquel il souhaite une réponse. Pour un tirage pour une autre personne, il existe la coupe, le tirage en carré, en croix, etc. L’avantage est qu’il n’existe aucune règle qui interdise au voyant d’inventer son propre tirage, afin d’aiguiser don.